Etiquettes

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler des étiquettes que l’on colle à nos enfants et aux enfants des autres.

Pourquoi ce sujet? Parce que je vais vous parler de plusieurs sujets par la suite, comme l’hyperactivité, les enfants hypersensible, les enfants aux besoins intenses…. vous allez certainement reconnaître des traits de caractère que votre enfant. Je souhaite que vous soyez attentif à ne pas lui coller pour autant l’étiquette d’enfant hypersensible, par exemple. C’est très important parce que lorsque l’on dit d’un enfant qu’il est très sensible, par exemple, il est enfermé dans cette bulle et arrivera difficilement à en sortir. Il aura, de plus, et par loyauté tendance à devenir ce que les gens, entre autre ses parents, dise de lui.

L’être humain catégorise. Ceci dès l’âge de 3 ans. Les enfants aiment particulièrement bien mettre dans les cases, normal entre 3 et 6 ans ils commencent à savoir le faire et on sait que les enfants font en boucle les choses qu’ils commencent juste à arriver à faire (un bon exemple c’est grimper, marcher…). L’humain adulte aime aussi catégoriser, car ça lui permet de ranger les choses dans son cerveau, de clarifier les choses, de prévoir, de savoir sur quel pied danser. C’est facile et ça rassure.

On devrait seulement essayer d’éviter un maximum de faire cela car c’est destructeur pour nos enfants, pour nos relations… comme je l’ai dit plus haut ça enferme l’enfant dans une bulle difficile à sortir. Je vais prendre un exemple qu’on entend souvent « comme son père ». Il est conciliant comme son père, par exemple. L’enfant est enfermé dans un trait de caractère de son père, qui ne lui appartiendrait pas directement et aura tendance à suivre les traces de son père. On ne reconnaît pas ainsi le droit à l’enfant d’avoir son propre caractère et de s’affirmer. Le droit d’exister de manière unique. Le droit d’évoluer et de changer.

Tout est en mouvement, tout change. Nos enfants évoluent, ils ont des traits de caractère propre à eux qui resteront mais laissons leur la liberté de suivre leur chemin. Ne les enfermons pas.

Bel après-midi et bonne réflexion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *